Déclaration du 9 octobre 2018

Non classifié(e)9 octobre 2018

Fredericton (N.-B.): Alors que nous comptons les jours qui restent avant que l’Assemblée législative soit convoquée, je voudrais demander encore une fois à Brian Gallant de faire le choix responsable pour le Nouveau-Brunswick et démissionner.

Notre province a des problèmes urgents à régler. Nous avons besoin d’un gouvernement légitime et fonctionnel, et il n’y a pas de temps à perdre.

Chaque jour compte lorsqu’on tient compte des échéances de la taxe sur le carbone ainsi que des problèmes urgents tels que le tarif du bois d’œuvre et notre cote de crédit. Il y a aussi des victimes d’inondations qui ont toujours besoin d’aide, sans oublier les défis quotidiens des Néo-Brunswickois qui ont besoin d’un gouvernement qui travaille avec leur intérêt primordial en tête.

La semaine dernière, Brian Gallant a annoncé son nouveau cabinet. Vous remarquerez qu’aucun de mes députés ne se trouve sur cette liste.

Cela signifie qu’il n’a toujours pas les chiffres nécessaires pour avoir un vote de confiance à l’Assemblée législative.

Brian Gallant retarde le processus intentionnellement et fait de son mieux pour jeter de la poudre aux yeux afin de donner l’illusion qu’il gouverne et que les affaires continuent comme si de rien n’était, même si c’est tout à fait le contraire.

Les Néo-Brunswickois méritent mieux qu’un gouvernement illégitime doté d’un simulacre de cabinet.

M. Gallant va-t-il vraiment continuer le spectacle et prononcer un discours du Trône et nous faire participer à un débat d’une durée de six jours? Il se bat jusqu’au bout dans une bataille qu’il ne peut pas gagner dans l’espoir de changer les résultats rendus par les Néo-Brunswickois.

J’espère que M. Gallant a passé une partie de la longue fin de semaine à réfléchir à ses actions en tant que chef. Je sais que son leadership est remis en question au sein de son propre parti et que son incapacité à faire passer les besoins de notre province avant ses propres ambitions politiques laisse les citoyens de notre province confondus, incertains et, dans certains cas, en colère.

Pendant que M. Gallant fait semblant que tout va bien, les Néo-Brunswickois ne se laissent pas prendre. Je ne suis certainement pas convaincu. De mon côté, je serai occupé cette semaine à préparer à former le gouvernement que veulent les gens du Nouveau-Brunswick – un gouvernement progressiste-conservateur minoritaire.

Je rencontrerai chacun des membres de mon caucus cette semaine afin de pouvoir choisir mon cabinet. Je veux que les Néo-Brunswickois soient rassurés que nous sommes prêts à gouverner et que nous progressons de manière réelle et concrète, sans poudre aux yeux.

Les gens du Nouveau-Brunswick ont voté pour un gouvernement progressiste-conservateur minoritaire qui met les besoins de notre province d’abord – et c’est ce que nous offrirons.