Blaine Higgs

Chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick

Député, Quispamsis

Bureau de circonscription:

25 William Court Quispamsis, NB E2E 4B1

Blaine Higgs, député de Quispamsis à l’Assemblée législative, est né à Woodstock, au Nouveau-Brunswick. Il a obtenu un baccalauréat ès sciences en génie mécanique de l’Université du Nouveau-Brunswick. En 1993, il a suivi un programme de formation en gestion pour cadres à la Queen’s University. Il a aussi suivi des cours en finances en 2003 et des cours de leadership et d’influence offerts par Babson Executive Education en 2006.

Élu à l’Assemblée législative pour la première fois le 27 septembre 2010, il représente la circonscription de Quispamsis. Le 12 octobre 2010, il a été assermenté ministre des Finances, ministre responsable de la Société des alcools du Nouveau-Brunswick, ministre responsable de la Société de gestion des placements du Nouveau-Brunswick, ministre responsable de la Société des loteries et des jeux du Nouveau-Brunswick et président du Conseil de gestion. Il a aussi été ministre des Ressources humaines jusqu’au 9 octobre 2012.

M. Higgs a été réélu à l’Assemblée législative le 22 septembre 2014 comme député de Quispamsis. Il est porte-parole de l’opposition en matière de finances et de l’Examen stratégique des programmes. Immédiatement après ses études universitaires, M. Higgs a commencé à travailler chez Irving Oil Limited, à Saint John, au Nouveau-Brunswick, où il a occupé de nombreux postes comportant des responsabilités accrues dans les secteurs du génie, des opérations de raffinage et des transports. Avant de prendre sa retraite en mai 2010, il a été directeur de la logistique et de la distribution, ayant la responsabilité globale de répondre aux besoins en matière de transport et d’entreposage en vrac en vue d’assurer l’approvisionnement fiable en produits raffinés à la clientèle de l’est du Canada et de la Nouvelle-Angleterre.

Il a fait partie de l’équipe Irving dans les négociations avec Repsol sur le projet de Canaport LNG. Il a aussi fait partie des conseils d’administration de Canaport LNG et du New Brunswick Gateway Council.

Il est membre depuis longtemps de l’église baptiste de Kennebecasis et a siégé à divers conseils et comités. Il est aussi membre de l’Association des ingénieurs du Nouveau-Brunswick, ancien vice-président du New Brunswick Gateway Council et membre du conseil d’administration de l’association conservatrice de Fundy Royal.

Il a beaucoup voyagé par affaires et par plaisir. Grâce aux connaissances acquises durant ses échanges culturels, il peut vraiment apprécier les défis que le Nouveau-Brunswick doit relever dans le contexte d’une économie mondiale.

Higgs habite depuis longtemps Quispamsis. Il est marié à Marcia, et le couple a quatre filles : Lindsey, Laura (Reid Gilmore), Sarah (Jeff Wilkinson) et Rachel. Le couple a le bonheur d’avoir deux petits-enfants, Nadia et Alexander Gilmore. La famille aime passer du temps à la campagne et s’adonner à de nombreuses activités en plein air, telles que la natation, la navigation de plaisance, le ski, la motoneige et la pêche.

L'approche de Blaine Higgs

Abandonner le bon travail accompli par un gouvernement ou refaire des travaux déjà réalisés démontre un manque total d’expérience en gestion et l’absence de bon sens. Il n’est pas raisonnable d’abandonner de bons projets qui fonctionnent bien pour la province pour des raisons partisanes. Nous devons éviter d’agir par amour-propre ou pour des raisons politiques, nous inspirant plutôt du désir d’améliorer le Nouveau-Brunswick. L’examen stratégique amorcé par le gouvernement actuel représente une duplication intégrale d’efforts achevés 3 années auparavant.
Je suis prêt, pas besoin de période d’entraînement. Je n’ai pas besoin de la période d’orientation de 2 ans typique des nouveaux gouvernements. Pour attirer et appuyer des investissements stratégiques qui feront croître l’économie de toutes les régions de la province, le gouvernement doit agir avec un sentiment d’urgence et de cohérence qui aura préséance sur les priorités politiques.
Aucun premier ministre ne possède toutes les solutions. J’aurai recours aux experts à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement et nous serons responsables des résultats. Nous devons engager les experts spécialisés en la matière spécifique afin de résoudre les défis complexes affrontant notre province. Nous ne devons pas nous attendre à recevoir toutes les réponses de la part des politiciens. Un véritable leader met en place l’organisme nécessaire afin d’atteindre les objectifs dans les délais prescrits.
Nous devons mobiliser tous nos efforts pour accomplir la tâche. Le moment est venu d’agir. Nous étions sur la bonne voie et la culture de la performance croissait. Je veux remettre la province sur cette bonne voie. Notre propre expertise est possiblement une de nos plus importantes ressources à exploiter, que ce soit la fonction publique, la communauté des affaires ou l’industrie. Nous devons permettre à tous ceux qui ont des idées à avancer de devenir les citoyens et les leaders engagés dont nous avons besoin.

Impliquez-vous

  • Devenir membre
  • Événements
  • Bénévole
  • Passez le mot
  • Faire un don

Sur les enjeux

Le taux d’alphabétisation au Nouveau-Brunswick est inacceptable. Il est inférieur à 50 % et constitue un obstacle clair et actuel à la capacité de la province à faire des progrès. Pour résoudre ce problème, la politique éducative de notre gouvernement doit être axée sur un programme scolaire qui donne la priorité à l’alphabétisation. Nous devons faire davantage pour enseigner à nos enfants à lire.
Les résultats scolaires ne sont tout simplement pas satisfaisants. Que devons-nous faire de notre système déficient? Il semble que nous ayons jeté de l’argent par les fenêtres. Depuis 2006, nous avons augmenté les dépenses publiques en éducation, par élève, de 30 %, et pendant ce temps les inscriptions ont chuté de près de 14 %. Au Canada, seuls le Manitoba et la Saskatchewan dépensent plus par élève. Nous remanions notre système depuis 35 ans et n’avons pas encore résolu le problème. Nous devons faire davantage pour donner les moyens aux enseignants de réinventer les salles de classe.
Le patrimoine culturel du Nouveau-Brunswick englobe les cultures autochtone, anglaise et française. La réalisation de notre plein potentiel en tant que province est conditionnelle à ce que chacune de ces cultures puisse s’épanouir et à ce que nous nous dotions d’une vraie capacité bilingue grâce à notre système d’éducation. Nous devons faire davantage pour aider les jeunes à devenir bilingues.

Nos plus récentes photos

Les dernières nouvelles

Non classifié(e)

Déclaration du 9 octobre 2018

Fredericton (N.-B.): Alors que nous comptons les jours qui restent avant que l’Assemblée législative soit convoquée, je voudrais demander encore une fois à Brian Gallant de faire le choix responsable pour le Nouveau-Brunswick et démissionner. Notre province a des problèmes urgents à régler. Nous avons besoin d’un gouvernement légitime et fonctionnel, et il n’y a pas […]